Collectivité Territoriale de Corse

Visite de Nicolas Sarkozy : discours d'accueil d'Ange Santini, Président du Conseil exécutif

Discorsu di benvenuta d Anghjulu Santini, Prisidenti, di lu Cunsegliu Esecutivu

Mardi 30 Octobre 2007



Visite de Nicolas Sarkozy : discours d'accueil d'Ange Santini, Président du Conseil exécutif
«  Monsieur le Président de la République,

Au nom de la Collectivité Territoriale de Corse, je suis particulièrement heureux de vous souhaiter la bienvenue dans notre île et au sein de cet Hôtel de Région.

Ce n'est certes pas la première fois qu'un Chef de l'Etat honore la Corse en lui rendant visite. Aucun n'a jamais manqué de l'assurer que tout serait mis en oeuvre pour sa prospérité et le bien-être de sa population. Or, souvent, les Corses ont été déçus, quand ils n'ont pas été gagnés par l'inquiétude, face à l'incompréhension et aux épreuves que l'île a connu ces dernières années.

Que de fois se sont-ils pris à espérer qu'un jour les rênes de l'Etat se trouveraient confiés à quelqu'un qui aime leur île, quelqu'un qui les comprenne et ait pour eux une vraie considération, quelqu'un qui sache raffermir en eux le sentiment qu'ils sont, tout autant que les autres Français, avec leur sensibilité et leur culture propres, consubstantiels de la France et de la République.

Eh bien c'est parce qu'ils ont été convaincus que ce jour allait arriver, que les Corses ont voulu, par un vote massif, contribuer à faire de vous le premier des Français.

Monsieur le Président de la République, la Corse, qui vous accueille comme elle accueillerait l'un des siens, reste encore fragile ; mais elle est en train de se transformer grâce aux efforts déployés par certains Hommes d'Etat dont vous êtes, par ses élus, par sa communauté qui se bat pour offrir aux jeunes générations un avenir qui les rassure.

Pour avancer et se renforcer, elle a conscience qu'elle ne doit plus tout attendre de l'Etat.

Aussi, le Plan d'Aménagement et de Développement Durable, que je m'apprête à soumettre à l'Assemblée de Corse, propose t-il de porter une ambition forte, en nouant un véritable partenariat entre l'Etat et la Corse à travers sa principale Collectivité Territoriale.




Partenariat pour garantir l'approvisionnement énergétique, grâce à l'utilisation combinée de sources renouvelables comme le soleil, l'eau, le vent et le bois et extérieures comme le gaz.

Partenariat pour rendre plus compétitif le tissu économique, à travers une fiscalité plus incitative que ne l'est aujourd'hui le crédit d'impôt, une formation de haut niveau dispensée par notre Université et de Grandes Ecoles, et un soutien aux projets collectifs, en particulier pour redonner sa vigueur à notre agriculture.

Partenariat pour renforcer la cohésion sociale, car trop de femmes et d'hommes attendent toujours d'accéder à des conditions de vie plus dignes, à un emploi, à un logement, à un pouvoir d'achat décent.

Partenariat pour enraciner l'identité corse au sein de l'ensemble national, de l'Europe, et de la Méditerranée ; cette identité qu'a forgée une culture originale, un capital naturel incomparable, mais aussi un mode particulier de transmission du patrimoine.

Partenariat, enfin, pour continuer à moderniser les infrastructures et les équipements collectifs, surtout quand ils contribuent au développement durable, comme par exemple le train et les ouvrages hydrauliques.

La route est encore longue. Mais la Corse est aujourd'hui animée par une volonté plus forte, parce que la tolérance et la démocratie prennent, chaque jour davantage, le pas sur l'exclusion et la violence, et aussi parce qu'elle se sait mieux comprise, plus écoutée, mieux soutenue.

Monsieur le Président de la République, la Corse, à travers ses représentants, va maintenant entendre votre message. J'ai le sentiment qu'il va constituer pour elle un puissant encouragement à poursuivre avec détermination et confiance sa longue marche vers le développement et la paix. »