Assemblée de Corse



Assemblée de Corse



Assemblée de Corse






Carte Ritirata : 35 000 retraités pourront bénéficier de réductions sur les transports



A l'initiative du Président Jean-Guy Talamoni, l'Assemblée de Corse a voté en faveur de la création de la Carte Ritirata. Un nouveau dispositif qui permettra à 35000 retraités modestes de pouvoir bénéficier de réductions significatives sur les transports.




Jean-Guy Talamoni, Président de l'Assemblée de Corse, entouré de Jean-Felix Acquaviva, Président de l'Office des Transports, Jean Biancucci, Président du Conseil de surveillance d'Aircorsica, Hyacinthe Vanni, Président des Chemins de Fer de la Corse et Petr'Antone Tomasi, vice-président des Chemins de Fer de la Corse
Jean-Guy Talamoni, Président de l'Assemblée de Corse, entouré de Jean-Felix Acquaviva, Président de l'Office des Transports, Jean Biancucci, Président du Conseil de surveillance d'Aircorsica, Hyacinthe Vanni, Président des Chemins de Fer de la Corse et Petr'Antone Tomasi, vice-président des Chemins de Fer de la Corse
Saisi il y a un an par retraités corses au sujet des surcoûts liés à l'insularité, Jean-Guy Talamoni a constitué une commission ad hoc spécifique, chargée d'étudier des pistes d’action en lien avec l'Office des Transports de la Corse, les transporteurs corses et les organisations syndicales. 

La création de la carte « Ritirata » de la Collectivité Territoriale de Corse

Dès les premières réunions de la commission ad hoc, la création d’une carte, attribuée aux retraités résidant en Corse, sous condition de ressources, ouvrant droit à réductions notamment dans les transports, est apparue comme une nécessité. L’objectif de cette création était de mettre en pratique les principes d’équité et de justice sociale.
Attribuée, sous conditions de ressources, aux retraités résidant en Corse par les services de la Collectivité Territoriale de Corse (revenu fiscal de référence annuel égal ou inférieur à 14 918 €), cette carte et les réductions qui en découlent, concernent 35 000 retraités soit près de 50 % des retraités corses. Elle sera mise en œuvre dans les prochains mois par les services de la CTC. 

Des réductions à hauteur de 50%

  • Dans le transport maritime les compagnies délégataires émettront 6 000 billets à 85 €.
  • Dans le transport aérien sur le trajet bord-à-bord Corse-Marseille ou Nice, il sera émis, par la compagnie délégataire, 22000 billets à 95 €.
  • Dans le transport ferroviaire, les CFC consolideront le dispositif existant « Séniors de plus de 60 ans » par l’émission d’une carte qui donnera droit à une réduction de 50 % sur les grandes lignes et prendront en compte la carte « RITIRATA » en étendant la réduction de 50% à tout le périurbain. 
  • Pour les transports urbains dans les agglomérations d’Aiacciu et de Bastia, il y a compatibilité entre les tarifs « séniors » existants et la prise en compte de la carte « RITIRATA ». 
  • Pour les transports routiers des zones rurales et de montagne, pour les lignes d’autocars intérieures, le dispositif de réduction en faveur des retraités sera intégré au Schéma Régional Intermodal des Transports qui sera présenté à l’Assemblée de Corse à la fin 2017, après réalisation d’un état des lieux de ce qui est pratiqué. 

Un dispositif évolutif

Le dispositif se veut évolutif et sera rectifié en fonction du retour d’expérience qui sera fait. Ainsi, la période qui s’ouvrira au mois de mai et qui s’étendra jusqu’au mois de septembre, sera une phase d’expérimentation. Une première évaluation sera réalisée dans le courant du mois d’octobre 2017. Selon les résultats, il n’est pas exclu de procéder à certains ajustements tels que le rehaussement du plafond de ressources, afin qu’un nombre plus important de retraités corses puissent bénéficier du dispositif. Un comité sera chargé du suivi de la carte « RITIRATA ». 

Parallèlement et afin de poursuivre cette action de lutte contre la paupérisation des retraités, la commission ad hoc présidée par Jean-Guy Talamoni poursuit ses travaux dans d’autres domaines que celui des transports. Elle s’oriente d’ores et déjà à la recherche de solutions en matière d’alimentation et d’accès à la culture.