Assemblée de Corse



Assemblée de Corse



Assemblée de Corse






Contribution du groupe Prima a Corsica

17 mars 2017






Paul Giacobbi, Président de groupe
Paul Giacobbi, Président de groupe
L’année 2016 a été marquée d’abord pour la Corse, puis pour notre Collectivité par un changement de gouvernance, et il faut bien se le dire par une modification des attentes de nos concitoyens, en quelque sorte un besoin de changement de paysage et d’horizon politiques.

Lorsque la démocratie s’exprime, c’est l’expression d’une volonté générale, il convient alors de l’entendre et de permettre la mise en œuvre de l’adhésion de  « tous au service de chacun ».
 
Pour autant les avancées significatives obtenues durant la mandature 2010-2015 sur des dossiers emblématiques tels que le PADDUC, le foncier, la coofficialité de la langue Corse, les Institutions… restent la démonstration qu’un esprit consensuel associé à un pragmatisme de circonstance et à une forte capacité de travail, constituent des vecteurs de réussite sur des bases solides.
 
Aujourd’hui, l’opposition que nous représentons ne souhaite pas voir ces chantiers tomber en déliquescence, et ainsi être purgés de leur sens premier : nous ne voulons pas de récupération politique mais plutôt la garantie d’une action concrète et efficiente.
 
Ainsi nous attendions que les dossiers menés à leur terme soient suivis d’effet, or force est de constater qu’il n’en est rien.

Quatorze mois après l’arrivée de cette nouvelle gouvernance, nous ne pouvons que constater une certaine inertie. A titre d’exemple, la mise en œuvre opérationnelle du PADDUC n’est pas au rendez-vous. Et pour cause, l’Exécutif a loupé le coche des adaptations législatives dans le cadre de la loi d’habilitation des ordonnances.
Mais nous pourrions aussi évoquer le projet d’alimentation de la Corse en gaz naturel. Nous avions obtenu son inscription dans le décret de la programmation pluriannuelle de l’énergie en décembre 2015.
Depuis, plus aucune avancée tangible et concrète …
 
Enfin, il est des rendez-vous à ne pas manquer, et à ce titre, nous devons être prêts à accueillir au 1er janvier 2018, la future Collectivité de Corse, car beaucoup en ont parlé, quelques-uns en ont rêvé, cependant nous l’avons créée.
 
Il est vrai sans grande démonstration de communication, sans effets de manches, en toute humilité et simplicité, ces valeurs intrinsèques que nous devons tous faire « NÔTReS », pour réussir ce challenge !
 
Cette nouvelle Collectivité se dotera d’un cadre budgétaire, financier et fiscal entièrement rénové. Elle porta inévitablement les stigmates des gestions antérieures.
 
A cet égard, le poids de la dette de la CTC sera lourd de conséquences, d’autant plus, lorsque l’on sait que la dette du CD2B s’élève à 115M€ et celle du CD2A à 57M€. Cela pose la question des choix budgétaires pour 2017, effectués par l’actuel Exécutif.

Mais cette nouvelle Collectivité portera surtout les espoirs de tous les Corses : les jeunes qui représentent notre avenir, les actifs qui sont notre présent, les retraités qui constituent notre mémoire…
 
Il nous revient la charge de ne pas les décevoir !
 
Il nous revient la charge de la responsabilité de la méthode !
 
Enfin, il nous revient la charge de promettre à cette nouvelle entité la réussite qu’elle mérite, car elle est le fruit pour certains ne l’oublions pas, d’un combat de plus de 10 ans !
 
L’ensemble des membres du groupe Prima A Corsica connaît bien les personnels des trois Collectivités qui sont appelées à se réunir ; sait leur implication, leur professionnalisme et tient à leur renouveler sa confiance : que les valeurs travail, solidarité et de facto reconnaissance, soient au cœur des préoccupations de chacun.
 
E cusi sia,