Le Patrimoine de Corse

Un patrimoine corse riche et divers

La Corse, caractérisée par un particularisme insulaire, en référence notamment à sa géographie, révèle une diversité de territoires et une identité plurielle qui ont façonné un patrimoine riche et varié.



Des territoires comme le Cap Corse, la Balagne, la Castagniccia, le Niolu, le Fiumorbo, la Gravona, le Tallano, la Cinarca, L’Alta Rocca, etc… sont constitués sur des modèles d’organisations sociales et d’activités humaines très différents et sont ainsi producteurs de patrimoines multiples. C’est cette variété qu’il faut identifier, étudier, conserver et faire connaître.

La Corse compte à ce jour 312 monuments protégés : 136 classés et 176 inscrits et environ 2500 objets protégés. La typologie de ces éléments inscrits ou classés montre la prépondérance du patrimoine religieux et révèle l’importance artistique de nos couvents, églises et chapelles. Sont également présentes sur « ces listes officielles » les sites archéologiques majeurs,  l’architecture militaire avec les citadelles et les tours littorales, quelques ouvrages d’art avec les ponts génois ou le viaduc ferroviaire du Vecchiu, et l’architecture civile .

D’autres éléments, sans doute moins « prestigieux », méritent notre attention en tant que révélateurs d’activités ou de faits historiques. De l'architecture industrielle, à une simple aire de battage du blé (aghja), un pressoir à vin (palmentu) ou à huile (fragnu), un four à pain (fornu), une bergerie (mandria, piazzile e stazzu), une fontaine (funtana), un réseau hydraulique (fussone, canaletta, pozzi, etc.), jusqu'à la typologie des maisons et des villages... Ils méritent aussi d’être étudiés, conservés et reconnus, car ils représentent également le patrimoine de la Corse.

Enfin, nous avons tous en mémoire des musiques, des chants et des danses, des contes, des jeux et des fêtes, des remèdes ou des techniques, hérités de nos ascendants et que nous pratiquons toujours en les adaptant au gré des circonstances...
La convention UNESCO de 2003 reconnaît l’importance du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) dans l’héritage de l’humanité. Et en 2009, le Cantu in Paghjella de Corse est inscrit sur la liste de sauvegarde. D’autres pratiques, comme le chjam’e risponde, poésie orale d’improvisation, représente une pratique originale dans la culture occidentale. La langue, les savoir-faire, la connaissance de la nature et de l’univers ou les évènements festifs et les savoir-faire liés à l’artisanat sont autant de marqueurs complémentaires et indissociables du patrimoine matériel pour comprendre le monde qui nous entoure.      
 
Transmises au passage des générations, ces pratiques et ces expressions, loin d'être figées, sont actualisées et recréées en permanence par les groupes et par les individus. Ancré dans le présent aussi bien que dans le passé, ce patrimoine, vivant, est à la fois traditionnel et contemporain.

Des compétences spécifiques

En Corse, les lois de 1991 et de 2002 donnent à la Collectivité territoriale de Corse la compétence de programmer les travaux sur les monuments ou sur les objets protégés au titre des Monuments historiques, qu'ils soient classés ou inscrits.
La Collectivité territoriale de Corse est chargée de l'inventaire général du patrimoine de la Corse qui recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine d'intérêt culturel, historique ou scientifique
Elle conduit les études et définit les actions qu'elle entend mener en matière de patrimoine protégé, de travaux de conservation et de valorisation des monuments historiques, à l'exception de ceux qui demeurent propriété de l'Etat.
Elle peut, en outre, proposer des mesures de protection des monuments historiques.
En matière d'archéologie, elle assure la conservation et la mise en valeur des sites archéologiques et fournit les éléments nécessaires à l'établissement de la carte archéologique nationale. Elle est consultée sur le programme des fouilles menées sur son territoire.

Des sites et des monuments en gestion directe

Extrait de la loi n° 2002-92 du 22 janvier 2002 relative à la Corse (transfert de compétences) concernant la culture et le patrimoine.
Décret n°2003-1111 du 18 novembre 2003 relatif au transfert à la collectivité territoriale de Corse de la propriété d'immeubles classés ou inscrits, de sites archéologiques et d'objets mobiliers appartenant à l'Etat, pris en application de l'article 9 de la loi n° 2002-92 du 22 janvier 2002 relative à la Corse.

           



Nous contacter

Collectivité territoriale de Corse
Cullettività territuriale di Corsica

Direction du patrimoine
Direzzione di u patrimoniu

Villa Ripert

Tel : 04 95 10 98 02



 

Le Patrimoine de la Collectivité territoriale de Corse
U Patrimoniu di a Cullettività territuriale di Corsica