Olivier Bourdeaut et Marceddu Jureczek, lauréats du Prix des lecteurs de Corse 2017

Le Prix des Lecteurs de Corse récompense un ouvrage en langue corse et un ouvrage en langue française.

Sont éligibles les ouvrages répondant aux critères suivants :
  • romans, nouvelles, poésie, théâtre, essais
  • éditions (dépôt légal) au cours de l'année
  • toutes origines géographiques (traductions admises)
  • tous thèmes.

Le 5 juillet dernier, les comités de lecteurs d'Ajaccio, Aleria, Bastia, Bonifacio, Corte, Borgo, Saint-Florent, Solenzara, Sorru in sù, Vezzani, Porto-Vecchio, Porticcio, Calvi, Ogliastro, Porticcio et Vescovato se sont réunis à l’Hôtel de Région à Ajaccio pour désigner les lauréats du Prix des Lecteurs de Corse 2017. 

Sélection en langue française : Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut et Marceddu Jureczek, lauréats du Prix des lecteurs de Corse 2017
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Pour en savoir +

Sélection en langue corse : Marceddu Jureczek, Chì ùn sia fattu di guai
Olivier Bourdeaut et Marceddu Jureczek, lauréats du Prix des lecteurs de Corse 2017
« Quantu anni t’avia babbitu ?
– Vinia di fà 73 anni.
– Hè da mori ch’è tù ùn sè più cuntorru in Corsica, o Andrì ?
– 9 o 10 anni, ùn la sò più.
– Infini cù mecu ùn ci sè statu mai.
– …
– La sapia ch’edd’era à a malavia babbitu ?
– Nò.
– Da tè à babbu, chì hè successu ? Mi n’ai parlatu mai.
– … nienti da dì. Laca corra. Cosi vechji. »
***
Intorn’à ssu « nienti da dì », tutt’un rumanzu. Strintu, duru, da sdrughja lu cori. Un rumanzu com’e un spechju lucichenti in u bughju. In quissu ci si vedini formi, certi guasgi svaniti, altri più pricisi. Di più in più pricisi. U manu à manu pò cumincià : i scelti, i neghi, i malfatti, i sbagli, tuttu ciò chì si missi à roda, à torcia, à castigà u ziteddu, à sfracicallu, tuttu hè palisatu. Tuttu... a sucità, a pulitica, a famidda... a dibulezza di la ghjenti. I guai di a vita. Tuttu ciò ch’ùn duvaria micca essa... mà chì, divintatu  omu, un bel ghjornu, ci voli à dà di pettu.

Pour en savoir +