Collectivité Territoriale de Corse

Les Journées du Patrimoine les 18 et 19 septembre 2010

Vendredi 10 Septembre 2010



Les 27e Journées du Patrimoine

Les Journées du Patrimoine les 18 et 19 septembre 2010
Créées en 1984 par le Ministère de la culture, les Journées européennes du patrimoine ont lieu, chaque année, le troisième week-end de septembre. Evénement culturel de la rentrée, ces journées témoignent de l’intérêt des Français pour l’histoire des lieux et de l’art. 
L’année précédente, elles ont connu un franc succès avec plus de 12 millions de visiteurs qui ont pu découvrir ou redécouvrir plus de 15 168 lieux ouverts exceptionnellement sur le thème de «patrimoine accessible à tous». 
Le succès de la manifestation repose sur la grande diversité du patrimoine proposé aux visiteurs : parallèlement aux chefs d’œuvre de l’architecture civile ou religieuse, sont mis à l’honneur les témoins des activités industrielles ou agricoles, les parcs et jardins, les sites archéologiques, les objets mobiliers, le patrimoine littéraire, fluvial ou militaire...

Hôtel de Région 
Visite libre de 10h à 18h
Samedi 19 septembre et dimanche 20 septembre 
L’exposition « DESTINI » la Statuaire Publique en Corse au XIXe Siècle

La 27e Edition des Journées du Patrimoine est placée sous le thème « Aux grands hommes : quand femmes et hommes construisent l’Histoire ». A cette occasion, la Collectivité Territoriale de Corse vous invite à découvrir sur différents sites, ses expositions, conférences et animations les 18 et 19 septembre.
Elle propose ainsi une exposition « DESTINI » la Statuaire Publique en Corse au XIXe Siècle ainsi que des conférences, sur ce même thème. Un travail de fond relatif à la statuaire publique en Corse au XIXe siècle vient d’être réalisé pour la première fois grâce à une collaboration entre la Collectivité Territoriale de Corse et la Ville d’Ajaccio. Cette étude n’est pas exhaustive et les recherches continuent.Les Journées du patrimoine, dont le thème de cette année est Les grands hommes, permettent de présenter au public ces grands personnages qui ornent les places de certaines communes insulaires. A Corte, le Musée de la Corse présentera l’exposition « Les Confréries de Corse, une société Idéale en Méditérranée » et l’importante publication qui l’accompagne.

Des animations se dérouleront sur les deux sites archéologiques d’Aleria et de Cucuruzzu, propriétés de la CTC : des ateliers pédagogiques initieront le public insulaire à l’archéologie préhistorique et antique de la Corse ainsi qu’au travail de l’archéologue sur le terrain à travers des fouilles factices.


La statuaire publique en Corse au XIXe siècle

C’est à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que la statuaire commence à investir certaines places de Corse et essentiellement dans les villes telles qu’Ajaccio, Bastia ou Corte. 
Sur le continent, dans certaines grandes villes (Paris, Reims, Roubaix) la Révolution industrielle a permis d’importantes modifications urbaines qui donnent la possibilité d’édifier des monuments publics. Cet engouement pour les statues est tel qu’on l’associe à une manie, au point de parler de « statuomanie ». En Corse, cela est beaucoup plus discret. En effet, même si au début du XIXe siècle, Napoléon Ier a favorisé Ajaccio, au détriment de Bastia, pour des améliorations et des embellissements urbanistiques, les villes n’ont pas les moyens d’investir dans de gros travaux afin de créer de nouvelles places ou de nouvelles artères.Il arrive toutefois, que la commande d’une statue soit l’occasion d’imaginer une nouvelle place. Ainsi à Corte, tout un aménagement paysager est prévu pour accueillir la statue de Joseph Bonaparte par Vital-Dubray, mais la défaite de Sedan met un terme à la réalisation de la statue et de ce fait, à la création de la place. Toujours à Corte, on aménage une place pour installer la statue du duc de Padoue. A Calvi, l’installation du buste de Christophe Colomb se fait alors que la place du même nom est en cours d’aménagement. Les 2 ont donc été pensés en même temps. Mais d’une manière générale, la Corse est pauvre et les communes doivent souvent parer aux besoins les plus urgents .

Deux ensembles distinguent la statuaire en Corse, d’une part les monuments commémoratifs et d’autre part, la fonte d’art et d’ornement. 
Le rôle d’un monument commémoratif est de signaler au passant un événement digne de mémoire. Placer un personnage historique en hauteur c’est désigner à l’hommage public un homme, une œuvre ou une idée.
Quant à l’industrie de la fonte d’art, elle a été crée en 1836 et connaît un véritable essor tout au long du XIXe siècle. La fonte de fer est un matériau facile à mouler et robuste. En Corse, les statues en fonte de fer somment les fontaines publiques. Les sujets sont tantôt allégoriques ou mythologiques tantôt des représentations de la République.

Commémorer les grands hommes

Les Journées du Patrimoine les 18 et 19 septembre 2010
Alors que l’Ancien Régime célébrait essentiellement les monarques, les grands chefs de guerre et les saints désignés par l’Eglise, le XIXe siècle honore de nombreux personnages civils. Sous le règne de Louis-Philippe les statues se multiplient, et sous Napoléon III, la statuaire publique prend un nouvel essor. Désormais les statufiés sont aussi bien des écrivains, des savants, des hommes de bien ou d’église que des maréchaux.
La Corse, à l’instar du Continent, pratique la « statuomanie » et glorifie ses personnalités locales. Ainsi, si la première d’entre elle est l’Empereur Napoléon Ier, elle n’ignore pas pour autant ceux qui se sont battus pour elle ou pour la Patrie, qu’il s’agisse d’une lutte pour sa reconnaissance ou d’un combat armé. Parmi ceux qui ont pris les armes, Sampiero Corso, Gian Petru Gaffori, Pascal Paoli, Jean-Charles Abbatucci ou Thomas Arrighi de Casanova, sont les figures emblématiques de l’île.
Les bienfaiteurs ont aussi leur place dans ce panthéon des grands hommes. Les hommes de bien loués en Corse sont essentiellement des ecclésiastiques tels que la cardinal Fesch ou Mgr Casanelli d’Istria. Le point commun entre ces hommes est d’avoir rendu service à la communauté.
Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la Corse va donc perpétuer par des monuments, le souvenir des hommes qui l’ont illustrée. Ces personnages sont figurés au dessus d’un socle de pierre, parfois orné de bas reliefs illustrant leurs hauts faits. Ces édifices vont contribuer à l’embellissement des villes car ils nécessitent, généralement, la création de nouvelles places pour les ériger.

Les P@M

Les usagers et les animateurs des Espaces Publiques Numériques de Corse mobilisés comme passeurs de mémoire pour les Journées du Patrimoine.

Les 18 et 19 septembre prochains, les Espaces Publics Numériques de Corse (dits “PAM” comme Points d’Accès Multimédia), se mobilisent pour la deuxième année pour une initiative très originale dans le cadre des Journées du Patrimoine.
La Collectivité Territoriale de Corse leur a commandé la création d’une carte interactive pour repérer les évènements de ce week-end dédié cette année aux « Grands hommes ». 
Sur cet espace en ligne créé avec l’outil gratuit Click2Map, les EPN de Corse alimentent en amont chaque point de la carte avec des textes (programmes) ainsi que des photos et des vidéos. Ces éléments multimédia pourront également être ajoutés à l’issue des Journées du Patrimoine sous la forme de compte-rendu.
Animateurs et usagers des P@M ont créé ensemble cette carte interactive. Vous y trouverez des informations sur les manifestations proposées lors de ces deux journées, ainsi que toutes les réalisations des enfants, adolescents, adultes et seniors de nos micro- régions sur la trace des "grands hommes et femmes" de notre territoire.
Permettre à chacun de s’exprimer et capitaliser les points de vue sur le patrimoine quelques exemples d’animations en milieu rural : Le travail se décline localement pour chaque EPN engagé avec une implication des usagers “reporters”, mais aussi créateurs de contenus.
  • Un atelier Le monde de la photo numérique - spécial patrimoine, organisé par le P@M de Folelli le 13 septembre 2010
  • Le samedi 18 septembre, le P@M et la commune de Grosseto-Prugna organiseront un grand pique-nique avec la visite guidée du village déserté de Vignali illustré par le témoignage des anciens.
  • Le P@M de Vescovato et ses usagers reçoivent les usagers de la cyber base de Marsac sur l'Isle et les intégrent dans leurs actions durant les journées du patrimoine.
  • Samedi 18 septembre à 21h, le Point d’Accès Multimédias (P@M) du Giussani (Olmi Capella) projette un reportage-documentaire extrait du voyage de Gustave Flaubert en Corse.
  • Le P@M de Ventiseri prépare une animation relative au thème des grands hommes et souhaite mettre en toile de fond le cofondateur de l’Association de la Chapelle de Tova, l’homme au cœur du projet de restauration de cet édifice.

Développer l’appropriation de la notion de patrimoine
L’ensemble des éléments multimédia mis en ligne par les EPN de Corse avec les contributions des habitants de l’Ile, constituera un livre virtuel sur des lieux chargés de mémoire, comme cela l’a été fait avec la carte élaborée et archivée en 2009. Par ailleurs les P@M de Corse seront soutenus dans les actions qu’ils souhaiteraient mener tout au long de l’année à venir avec leurs usagers sur le thème du Patrimoine. Ces actions s’inscriront à la fois dans la continuité des éditions 2009 et 2010 des Journées du Patrimoine et pourront trouver leur point d’orgue en septembre 2011.
plaquette.pdf plaquette.pdf  (7.79 Mo)
programme.pdf programme.pdf  (302.41 Ko)