Assemblée de Corse



Assemblée de Corse




Assemblée de Corse







Contribution du groupe Prima a Corsica

10 novembre 2017






Paul Giacobbi, Président de groupe
Paul Giacobbi, Président de groupe
Cette mandature aussi courte qu’elle fût, a été initialement marquée par le sceau du changement de gouvernance. De même au plan national, des mutations, des recompositions notables ont été observées laissant penser qu’une époque nouvelle s’ouvrait à nous.
Loin s’en faut, puisque finalement s’agissant des politiques menées par le nouvel Exécutif, elles ne furent que la continuité des projets initiés par la précédente mandature.
 
Nous employons le terme continuité, pour autant nous aurions pu user aussi de celui de « régression » ou « recul ».
En effet aujourd’hui, à plusieurs titres, d’une part pour l’intensité du travail accompli, et d’autre part parce que, pour deux d’entre nous Maria GUIDICELLI et moi-même il s’agit de la fin d’une époque, nous regrettons de devoir constater des faits ne laissant que peu de doutes sur les issues prochaines :
  • le PADDUC n’est pas mis en application pour d’obscures raisons de cohésion ou de « pédagogie »,
  • le calendrier de la programmation pluriannuelle de l’énergie n’a pas été respecté et ainsi, les Corses ne pourront bénéficier de cette « croissance verte » escomptée et pour laquelle nous nous étions démenés,
  • l’épineux dossier des Transports n’est pas en passe d’être réglé…loin de là, du reste !
 
De notre côté, nous sommes fiers d’avoir contribué pleinement à ces dossiers mais aussi, à la cooficialité de notre langue, nous utilisons le terme de contribution car il correspond à notre état d’esprit.
Et puis surtout, je voudrais souligner à titre personnel quelle a été notre implication dans ce rêve de collectivité unique de Corse.
 
Le 1er janvier prochain, elle sera donc mise en œuvre, je voudrais avant tout que l’on ait un mot ici pour José Colombani, que l’on ne présente plus et qui en a été l’un des artisans.
 
Cette collectivité sera dotée de moyens financiers conséquents, mais aussi nous l’espérons d’une fiscalité consolidée : pour ce faire les discussions engagées avec le gouvernement doivent être pérennisées sans ajouter de la confusion par des effets d’annonces, or seuls des partenaires solides pourront s’y atteler. Il en va de notre crédibilité et de la réussite de notre projet à tous.
 
Cela est d’autant plus nécessaire, que la dette de la Collectivité Territoriale de Corse avoisine aujourd’hui à elle-seule 609M€.
Est-il bon de rappeler que celle-ci s’élevait à 340M€ en 2015 et qu’opter pour d’autres choix que des emprunts colossaux (200M€) aurait été un moyen judicieux d’entrer dans cette nouvelle ère, en toute sérénité.
 
Aujourd’hui, au regard de l’enjeu, l’esprit de dialogue avec l’Etat doit être la pierre angulaire de tout projet, et les choix se déterminent à présent.
 
Cependant des écueils demeurent, nous avions œuvré pour un juste équilibre territorial entre le Nord et le Sud de l’île mais aussi sur nos territoires ruraux, y veiller devra constituer une priorité et la vigilance de tous s’impose.
Il s’agit d’un élément crucial, notamment en termes de développement économique.
 
Nous tenons à encourager, et rassurer les personnels des trois collectivités appelées à fusionner d’ici maintenant quelques jours : leur responsabilité est grande, j’en connais bon nombre d’entre eux, je suis certain qu’ils accompliront leurs tâches avec la même implication, et le même sens du service public.
 
Et souhaitons évidemment, bonne chance aux futurs conseillers, la tâche est ardue, ingrate parfois mais, la victoire qui se concrétise sous nos yeux une fois le travail accompli, est tellement belle !
 
Enfin, plus particulièrement, nous faisons pour cette Collectivité de Corse le vœu, qu’elle soit placée sous le meilleur des auspices, et pour conclure, je vous dirais que pour Maria et moi-même, ce fut un honneur de travailler au service de la Corse, une fierté de pouvoir se dire « nous l’avons fait ! ».
 

Paul GIACOBBI
 


              


Dans la même rubrique :